La clé ou « maxime de bonheur » pour stimuler le goût de la simplicité chez sa princesse :

Tu peux être heureux avec des choses simples… Et ce sont souvent les meilleures !

C’est bientôt l anniversaire de Rose Bonbon. Il en rêve jour et nuit et ne cesse d’en parler à ses parents. Rose Bonbon a plein d’envies comme emmener ses copains à La mer de bonbons ou au parc Mickey. Mais Monsieur et Madame Trompette, ses parents, ont une autre idée très originale… qui ne lui plait pas du tout… mais alors pas du tout !

livre_rose_bonbon_anniversaire_bat1

Le livre Rose Bonbon fête son anniversaire me rappelle mon enfance pendant la guerre… et j’ai malgré tout été heureuse !

Nous vivons aujourd’hui dans une société de consommation et d’abondance de biens, mais sommes-nous plus heureux ? Je n’en suis pas certaine. Pour moi qui peux comparer  le temps de guerre avec l’époque actuelle, j’en viens même à trouver que nous vivons dans une société de super-consommation mais pas de super-bonheur !

Les plus jeunes d’entre nous n’ont aucune idée de la vie que menaient leurs aînés auparavant. Ils n’ont pas connu cette époque où il fallait faire attention à tout, ne rien perdre, ne rien gaspiller. Nous n’avions alors que l’indispensable,  le nécessaire, mais nous étions pourtant heureux.

Aujourd’hui on croit qu’il est normal d’avoir tout. Le superflu est devenu normal, pour ne pas dire nécessaire. Finalement, nous avons bien plus que ce qui est indispensable et nous boudons ce qui est simple et pourtant source de bonheur.

Le retour à la simplicité est difficile parce que nous croyons que plus c’est simple, moins cela a de la valeur ; moins cela nous fera plaisir… Nous avons peur d’être frustrés, d’avoir moins que les autres et d’en souffrir.

Comment échapper à cette peur ?

Tout simplement, en redécouvrant ce qui est simple, ce qui est bon, ce qui donne de la joie !

Quelles différences entre joie et plaisir ?

La joie et le plaisir ont une partie commune. Ils sont complémentaires et peuvent partiellement se confondre mais ils sont cependant de nature différente.

La joie est de l’ordre de « l’être » dans le sens où elle dépend de moi, où elle concerne mon attitude intérieure. Elle ne dépend pas de quelque chose de matériel. Ex : on peut éprouver une certaine joie, même dans des circonstances difficiles.

La joie demeure, reste, revit dans les souvenirs. On se rappelle beaucoup plus une joie ressentie qu’un plaisir. Le plaisir est de l’ordre de « l’avoir », du matériel. Il est fugitif et éphémère. Par ex : samedi après-midi, Léo a prêté sa trottinette à Rose Bonbon. Celui-ci en a ressenti beaucoup de plaisir et a eu de la joie. Mais le lendemain Rose Bonbon n’aura plus la trottinette de Léo. Que lui restera t-il ? La joie d’avoir fait de la trottinette et la joie que Léo lui ait fait cette gentillesse. C’est la joie qui lui restera, contrairement au plaisir de la trottinette qui est limité dans le temps et donc terminé.

lanniversaire17

On peut aussi se lasser d’un objet. Il nous est à tous arrivé d’offrir à un enfant l’objet de ses rêves qu’il a fini par délaisser au bout d’un moment. Pourquoi ? Parce que le plaisir qu’il a eu en  jouant avec cet objet a disparu. On peut se lasser d’un plaisir mais on ne se lasse jamais de la joie.

Les enfants sont toujours heureux d’inviter leurs copains chez eux ou d’être invités à leur tour. C’est la joie de l’amitié, la joie dans la relation et on ne s’en lasse pas non plus. Il est important de désacraliser les choses matérielles et d’apprendre aux enfants que nous avons plus de bonheur à partager une activité ensemble qu’à jouer seul sur une tablette, par exemple.

Pour les aider à découvrir que la joie se trouve dans la relation à l’autre et qu’elle n’est pas liée à un objet mettons des mots sur les ressentis de nos enfants. Ex : « Comme c’est sympa cette promenade ensemble ! » Ou « J’ai l’impression que tu es heureux et que tu garderas un bon souvenir de cet anniversaire ! ». En faisant cela, nous apprenons à nos enfants à prendre conscience de leur plaisir et de leur joie.

Ou encore :

« As-tu remercié ton copain pour son anniversaire si chouette ? En lui disant merci, tu lui montreras que tu as été heureux grâce à lui ». C’est l’apprentissage de la reconnaissance. L’apprentissage de la vraie vie à travers la relation avec les autres. Or nos enfants sont de plus en plus plongés dans le virtuel (internet, facebook) qui n’est pas la vraie vie ! Il s’agit de trouver un juste équilibre. Rendre visite à ses grands parents peut donner une joie immense. Visiter un site web donne t-il autant de joie ? Au contact de la nature, du réel, Rose Bonbon découvre des joies simples et les partage avec ses copains. C’est merveilleux ! Nous prêtons davantage attention à ce qui s’achète, mais nous pourrions faire davantage attention à ce que la nature nous donne gratuitement.