La vérité sur le mensonge

bernadette_lemoine_conseil

Avant 5 ans

Le mensonge trahit la vérité et son but est de tromper l’autre. Sinon c’est une erreur.

Quand un petit enfant (jusqu’à environ 5-6 ans) dit quelque chose de faux, ce n’est pas forcément un mensonge. Certes il est capable de mentir, mais il ne s’en rend pas forcément compte parce qu’à cet âge on confond souvent ce qui naît de l’imagination avec la réalité. Ce qui, pour un adulte, est un mensonge ne l’est pas forcément pour un petit.

Avant 5 ans, la façon de penser/dire n’est pas encore mûre. L’intelligence n’est pas encore bien structurée et l’émotivité est importante, voire débordante. Le petit vit encore dans un monde magique ou réalité et imaginaire se confondent. N’ayant pas encore le sens du réel, les enfants peuvent dire de bonne foi quelque chose de faux !

Il s’agit alors d’une déformation de la réalité plus que d’un mensonge.

Il est conseillé ne pas punir pour la déformation de la réalité mais pour ce qu’il a fait et les conséquences de son acte. Ex : il a mis le bazar dans les papiers de ses parents. L’enjeu est de lui apprendre à être en accord avec la réalité de ce qu’il a fait et ne pas laisser son imagination galoper.

Pour apprendre à l’enfant à dire la vérité, il faut réellement l’aider. « A qui appartiennent les petites mains de celui/celle qui a mis tous mes papiers par terre ? Je crois que ce sont les petites mains de … . Je sais que tu es capable de dire la vérité comme c’était. »

Puis l’inciter à réparer plutôt que de le punir. Ex : « Tu vas maintenant ranger mes papiers ».

Attention à ne jamais coller l’étiquette de menteur. «  Tu as menti ! Ce n’est pas vrai ! » Mais jamais : « Menteur ! »

Face à un enfant un peu plus grand qui dit quelque chose de faux, tout d’abord, restons très calme même si ce n’est pas toujours facile ! Il ne s’agit pas de l’effrayer, ce qui risquerait de l’enfoncer dans la déformation de la vérité par peur de se faire gronder.

Ensuite, tranquillement, tentons de démasquer l’intention qui l’a poussé à travestir la réalité : peur d’être puni, désir se faire valoir, etc.

A partir de 6/7 ans

Plus l’enfant avance en âge, plus la part de mensonge, donc d’intention de tromper, est importante.

Passé 7 ans, il est parfaitement capable de savoir ce qu’il a fait ou pas. Il faut alors lui montrer que le mensonge est quelque chose de grave qui entraîne la perte de confiance des parents. « Tu me dis que tu as la meilleure note de la classe mais comme l’autre jour tu as menti, je ne sais pas si je dois te croire… ».

Il s’agit de lui faire toucher du doigt la réalité : la confiance des parents est altérée et l’enfant va devoir la regagner en prenant l’habitude de dire la vérité.

Pour l’aider, il est très important de lui répéter : « Tout le monde a le droit de faire des erreurs. Personne n’est parfait. On peut tous rater quelque chose. Et même si tu as fait une bêtise, tu restes un super garçon/fille. C’est ce que tu m’as dit que je n’aime pas parce que ce n’est pas vrai. Mais toi, je t’aime et tu es bon. Et c’est parce que tu es bon que je te demande la vérité ».

Pour regagner la confiance des parents, bien lui montrer pendant un certain temps qu’on ne le croit plus et vérifier tout ce qu’il fait. 

Les affabulations (à distinguer des mensonges)

Certains enfants sont très forts pour affabuler et raconter des choses incroyables. C’est leur imagination qui mousse et déborde ! Dans ce cas là, il s’agit de les replacer gentiment dans la réalité. « C’est une très belle histoire qui ne s’est pas vraiment passée, que tu inventes, mais tu sais bien que ce n’est pas vrai, ce n’est pas la réalité ! »

Ne surtout pas les culpabiliser. Surveiller et avec humour (humour rime avec amour) leur faire comprendre que ce qu’ils disent n’est pas vrai : « Ton papa a une voiture de course à 3 roues ! Moi j’ai une trottinette de course qui va plus vite qu’un cheval! »

Derrière un mensonge ou une affabulation, essayez toujours de comprendre de quel manque souffre l’enfant. A quoi aspire t-il ? Quel avantage/intérêt avait-il à mentir ou affabuler ?

Apprenez aux enfants à avoir le sens du réel et à être en accord avec lui. La vie se vit dans la réalité et pas dans l’imaginaire. Ce sens du réel est une des marques d’une bonne maturité !

Retour